Les Habits Noirs est une association ayant des centres d'intérêt diversifiés mais tous centrés autour de la littérature populaire, du roman noir, du polar et de sa diffusion : de l'édition de livres, revues, CD, DVD, sites Internet à l'organisation d'événements destinés à les promouvoir.

En 2012

...

mercredi 25 février 2009

Les Editions Krakoen le 3 mars à la librairie Terminus Polar (Paris)


(Cliquez sur l'image pour l'agrandir)

jeudi 19 février 2009

Jean-Pierre Deloux est mort


Jean-Pierre Deloux, né en 1944, est mort le mois dernier des conséquences d’une insuffisance respiratoire. Jeune homme, il avait arpenté, avec son ami François Guérif, les Grands Boulevards en quête d’un film inconnu, d’un western planqué, d’un thriller inédit.
Toute sa vie aura été marquée par cette double attraction cinéma-littérature. Il se fit connaître comme attaché de presse de nombreux films réputés difficiles et comme co-scénariste de Bénazéraf et Scandelari. Puis il s’oriente vers le journalisme mais c’est comme collaborateur et co-rédac chef à Polar que nous le découvrons. Il réalise, pour cette revue, créée par François Guérif, de nombreux dossiers consacrés aux écrivains qu’il aimait et notamment Jim Thompson, David Goodis, Jean Patrick Manchette, James Caïn, James Ellroy. Outre ses collaborations à la revue Polar, on peut lire son Hammett (Le Rocher, 1994) et Quentin Tarentino fils de pulp (FN, 1998). Son écriture était flamboyante, sinueuse mais toujours juste quant au fond. 
Ce sont des gens comme lui et Lebrun qui, durant de longues années, se sont chargés de notre initiation au genre noir. De bons profs, à mon sens.

Festival de Bon-Encontre, 7 et 8 mars 2008



Cliquez sur les images pour les visionner en grand.

mardi 17 février 2009

Deux membres des Habits Noirs publient un Poulpe à 4 mains



Cliquez sur la couverture pour lire en grand format.

Un membre des Habits Noirs publie


Une brève histoire du roman noir, Jean-Bernard Pouy. 
Ed. Oeil Neuf.

Le Mot de l'éditeur  :
Loin de tout esprit universitaire, mais proche de la passion folle et de l'amour patient, Jean-Bernard Pouy nous propose ici à la fois un portrait chronologique et une ode personnelle, voire même partiale ou provocatrice, du roman noir et de ses différents acteurs.

Extrait du livre :
I...... Empoignons la bête

A l'époque mythique de l'Age d'Or, les portes,
dit-on, n'avaient pas été encore inventées.
Les hommes n'en avaient pas besoin.
Ils ne devaient se protéger ni contre le ciel,
qui était toujours clément, ni contre les bêtes,
auxquelles ils n'avaient pas enseigné
la cruauté, ni contre leurs frères humains,
qui ne mentaient pas, ne volaient pas,
ne tuaient pas.
Début de Oedipe Roi


Si je tente cette brève histoire du roman noir, c'est essentiellement parce que j'en écris, et que je ressens, partialement, la force et la «justesse» de ce genre littéraire flou, à géométrie variable, et sujet à maintes et maintes explicitations, explications et définitions. Mais, à force de pratiquer, on se rend vite compte des obligations, grilles, voire règles qui encadrent cet aspect, à mon avis, prédominant et déterminant, de ce qu'on nomme, désormais, le Polar, et que, pour cette raison, on a une vague intention de légiférer.
Cette approche, plus qu'une étude, a déjà été menée par des spécialistes et critiques connus et surpuissants, auprès desquels je puiserai énormément de renseignements. Que ce soit l'auteur infatigable du seul dictionnaire mondial de ces littératures, Claude Mesplède, que ce soient les éditeurs combatifs et combattants, les historiques et les nouveaux, que ce soient les nombreux et pugnaces amateurs éclairés, les récents thésards universitaires, les critiques de plus en plus compétents et précis, les blogueurs incantatoires, la liste est longue. Dans ces écrits et travaux tous azimuts, dans toutes ces recherches précises et précieuses, on remarque souvent des avis différents, voire adverses, des goûts spécifiques, quelquefois des anathèmes, qui dénotent une passion de la controverse et surtout une passion pour cette littérature, dite encore, la bouche en cul de poule, populaire.

NDW. à noter que dans ce livre, on trouve outre la présence de Paul Féval, des articles sur 3 autres membres des Habits Noirs : Ferey, Mizio, Villard. De deux choses l'une : soit le polar est une mafia, soit il y a de sacrés bons auteurs dans l'association. Soit les deux.

dimanche 8 février 2009

Un membre des Habits Noirs en concert à St-Ouen (93)

Serge Teyssot-Gay (deuxième à partir de la gauche) est membre du groupe "Zone libre" dont les habitués de nos podcasts connaissent au moins un des titres (c'est notre générique). 


ZONE LIBRE VS. HAME & CASEY 
Avec en première partie : L’ENFANCE ROUGE

Jeudi 12 février 2009 20h30 
->11€ en prévente / 14€ sur place. > voir
Billets en prévente ici sur Digitick  ou à la Fnac

ZONE LIBRE vs CASEY/HAME
Premier alliage de rock expérimental et de rap en France, Zone Libre vs Casey/Hamé (La Rumeur) enfonce tous les codes. A l’heure où le rien remplit les ondes, « Angle mort » sonne le glas du toc, des compromissions, des faux semblants télévisuels, des révoltes de supermarché. Bling-bling foutez le camp.  
GROUPE EN RESIDENCE

L’ENFANCE ROUGE
Les membres de ce combo sonique ont toujours su dérouter, prendre à contresens et surprendre. TRAPANI HALQ AL WAADY, a été enregistré entre Tunis et Lecce. Une certaine électricité pan-occidentale fondue avec les fastes de la musique orientale. Une synergie créative entre larsens, tensions, ruptures et quarts de tons de la musique outre-méditerranéenne. www.enfancerouge.org 

> Mains d’Œuvres, lieu pour l’imagination artistique et citoyenne  > Se rendre à Mains d’Œuvres

Tous les chemins mènent à... Mains d’Œuvres, 1, rue Charles Garnier - 93 400 Saint-Ouen
Tel : 01 40 11 25 25 • Fax : 01 40 11 25 24
> Par le métro :
 ligne 4, terminus Porte de Clignancourt
 ligne 13, Garibaldi
> Par le bus :
 Bus 85, arrêt Paul Bert, jusqu’à 00h (Mairie de St-Ouen > Luxembourg)
 Noctilien 14, arrêt Garibaldi, à partir de 00h (Mairie de St-Ouen > Bourg-la-Reine, en passant par Gare de l’Est/Chatelet - Fréquence du dimanche au jeudi, toutes les 30 min, vendredi et samedi toutes les 10 min)
> A pied :
12 minutes depuis le métro Porte de Clignancourt
10 minutes depuis le métro Garibaldi
> En voiture : Pte de Clignancourt > Rue des Rosiers > Rue Charles Garnier
> En velib’ :
Porte de Clignancourt : 5 rue Binet ou face au 59 rue Belliard - 75018
Porte de Montmartre : face au 66 rue René Binet - 75018
(Cliquez sur le plan pour le lire en grand).



vendredi 6 février 2009

Dédicaces le 12 février à 19h30 à la librairie Terminus Polar (Paris)


Cliquez sur l'image pour lire en grand.

Les Habits Noirs dans la presse


(Cliquez sur l'article pour pouvoir le lire en grand)

Cités dans le magazine Pariscope du 4 février dans un dossier qui fait la part belle au polar et entre autres à la librairie Terminus Polar. Pariscope nous désigne dans l'introduction du dossier comme une "bande d'allumés très polarisés"... et c'est exact ! (Et semble apprécier sur notre blog vidéo la rubrique "Les courts qu'on aime" ; de quoi nous inciter à continuer à vous proposer une sélection.)

mercredi 4 février 2009

Les Habits Noirs et le slam...


Ainsi que nous l'avions annoncé, deux membres des Habits Noirs, Lalie Walker et Francis Mizio ont mouillé la chemise (la chemise de l'autre : c-à-d qu'ils ont postillonné au micro) accompagné d'une troisième membre Isabelle Péhourticq à la flûte traversière et d'un ami guitariste, Bruno Mélonio, le 2 février dernier au Downtown Café dans le 11e arrondissement de Paris. Dans le public on a pu côtoyer un quatrième Habit Noir, Caryl Ferey, et les écrivains Jean-Paul Jody, Hervé Mestron, DOA et nombre d'autres artistes... malgré les abandons de dernière minute (*).

Si le slam des Habits Noirs était ce soir-là peu conventionnel  (il s'agissait plutôt d'une pratique ressemblant à ce qui se faisait chez les beat) et la présence des "vrais" slammeurs quelque peu manquante (hormis celle de Marc, rappeur et par ailleurs le boss du Downtown) pour cette première soirée d'essai, il n'empêche que l'expérience, prometteuse, sera désormais renouvelée. Aussi, vous êtes toutes et tous conviés à venir écouter slammeurs pros, amateurs et Habits Noirs tchatcheurs (et à venir slammer vous-mêmes !) d'ores et déjà le 18 février prochain à partir de 20 heures (46, rue Jean-Perre Timbaud, Paris 11e). Un rendez-vous qui se tiendra, pour débuter, une fois par mois.

Les Habits Noirs, engagés dans une ambition de "faire bouger un peu tout ça" et de créer des ponts avec d'autres disciplines que la seule littéraire, vont ainsi continuer de participer à ces soirées par ailleurs réhydratantes. Enfin, le Downtown Café est pressenti pour être le lieu d'autres futurs happenings Habits Noirs... et qui sait, peut-être devenir un endroit cosy, coutumier et amical du "tout littéraire noir" parisien...

Une vidéo souvenir de Lalie Walker : 

video

(*) Non : vous n'aurez pas les noms des lâcheurs... Qui a fait sa flemme, qui a eu une gastro, qui un fils prodigue soudain revenu... C'est pas  Tata Rapporteuse, ici.

mardi 3 février 2009

La démo vidéo (drôle) du happening "Marché Noir" enfin en ligne



Les Habits Noirs proposent -afin de participation "autrement" à des festivités littéraires (et pour aussi d'alimenter modestement leurs caisses)- une amusante prestation nommée le "Marché Noir" pour les organisateurs d'événements type "salons du noir". Cette sorte "d'happening" auquel peuvent participer les amateurs est expliquée en détail sur un de nos blogs dédiés
Une démo vidéo du "marché noir pilote" mené entre membres eux-mêmes de l'association vient d'être montée par Lalie Walker et mise en ligne ici. 20 minutes de rigolade et d'esprit noir bon enfant. Si après cela, festivaliers, festivalières, ne voulez pas que nous venions en organiser un chez vous... 

Photo : comme bien des association, les Habits Noirs sont la proie de luttes de pouvoirs aussi chiantes qu'intestines. Lors de la "démo marché noir", Francis Mizio a voulu putscher Président Villard, dit "Danube du Noir", dit El Conducator qui était en train de se recueillir dans l'esprit sain de Manchette. En vain : le misérable pistolet de corsaire a fait long feu. Depuis, Mizio croupit dans les caves des Editions Baleine où il relit son Grevisse jusquà ce que mort s'ensuive.

Actuellement sur nos cinq autres blogs :